La Boule Marinière : site officiel du club de pétanque de ST PALAIS SUR MER - clubeo

La Boule Marinière à l'assaut de la Venise Verte

  Mercredi 18 août 1994, les nuages avaient décidé d'étendre leur couette et la Boule Marinière de rouler jusqu'à Brouage, Coulon puis Maillesais. Levé tôt, rencard à l'Estanco où le Père Fouras d'un jour, alias Michel, pousse ses brebis dans le car. Le berger moustachu guide ses 32 apôtres dans une ambiance que l'on devine très estivale, digne de la Boule Marinière aoûtienne.

 

Les gais lurons aux gros bidons, ils se reconnaîtront, échouent sur les remparts de la ville fortifiée de Brouage. Deux kilomètres de remparts, rien que ça, de quoi activer de pauvres jambes dont le seul effort à cette période de l'année est de fléchir pour ramasser 700 g. de métal, slaloment entre les échauguettes. La visite du site gallo-romain s'achève au bar de Marie Mancini où une boisson attendait les boulistes errants. Merci Père Fouras !

 

Un p'tit coup qui ouvre l'appétit alors, direction Coulon et la Sèvre niortaise pour grignoter avant de naviguer. Oui, naviguer sur de petits canaux de 15 pieds où se sont installés 16 pieds soit 8 de nos représentants vauxois. Les 4 petits canaux ont douvement glissé sur la Venise Verte ou Marais Poitevin.

 

Après 1h30 de balade, le Père Fouras a conduit ses fidèles jusqu'à Maillesais pour y visiter une ancienne abbaye. Que de visites instructives et décontractantes. Chaque halte réjouit tout le monde.

 

Il est à peu près 18h. et les estomacs grondent. Pas pour longtemps car Michel a pris soin de tout. Il pousse son p'tit car jusqu'à un de ses "pôtes" ostréiculteur pour y déguster des huîtres : une 1/2 douzaine, un pt'it vin blanc, une démonstration sur le triage et la récolte du savoureux fruit de mer et le tour est joué !

 

Il ne reste plus qu'à filer s'en mettre plein la panse avec la paëlla du frère de l'incontournable Père Fouras. Les parents se remplissent, les gosses batifollent en courant dans tous les sens... le tableau devient digne des fêtes de Gargantua. Quelques danses et nos errants rejoignent leurs bicoques d'été pour s'endormir le ventre et la tête pleins pour une journée qui ne demande qu'à en appeler une autre.

 

Régis Lagrange

Article paru dans "Infos Nauzan" 1994

HORLOGE CONCOURS

Mercredi 18 octobre

 

CONCOURS
LA BOULE MARINIÈRE

J-275

 

MÊLÉE TOURNANTE