La Boule Marinière : site officiel du club de pétanque de ST PALAIS SUR MER - clubeo

ALLEZ POINTER AILLEURS !

concours-petanque-1.gif  

Les concours de pétanque sont interdits sur la plage de Nauzan. Mais dans la même crique, côté Saint-Palais, ils sont autorisés. Il suffit de pousser le cochonnet un peu plus loin. 

Les fidèles du cochonnet n'en reviennent toujours pas. Il n'y a pas si longtemps, ces vacanciers réunis au sein de la Boule Marinière, venus de toute la France, aimaient à se retrouver, dans un coin de la jolie plage de Nauzan, à Vaux-Sur-Mer. Tous les jours, matin et soir. Un peu trop, peut-être. L'an dernier, le maire prenait un arrêté interdisant la pétanque sur son sable. Carrément. Qu'on se le dise, la pétanque à Nauzan, c'est une véritable institution. Depuis des décennies, paraît-il. Michel Castaner, dit "Prof", son pseudo bouliste, retraité de l'Éducation Nationale oblige, a repris ces concours d'été il y a une bonne quinzaine d'années. "La pétanque, c'est un trait d'union entre nous. On fait des triplettes avec la famille, les dames, les vétérans, les gosses. Les gens en vacances viennent ici pour les boules. On garde contact dans l'année. Vous savez, il y a de nombreux boulistes qui ont acheté un appartement ici" jure le cannois gouailleur. Quand la pétanque soutient le marché immobilier alentour...

"Principe de prudence". Tout roulait dans le meilleur des mondes, et voilà que le maire prend cet arrêté, en juillet 2001. Du jour au lendemain, fini la pétanque, les pieds dans le sable mouillé. Un passe-temps "dangereux" malgré un petit filet de protection qui a le mérite de délimiter l'aire de jeu. "À ma connaissance, un accident réel, je n'en connais aucun", clame Michel Castaner.

Le maire Gilbert Naudin en convient. Mais, affirme-t'il, "ça fait des années que des personnes se plaignent et disent qu'un jour il y aura un pépin".

Entérinéé par une délibération du Conseil Municipal prise pendant l'hiver, la décision de Gilbert Naudin se veut un "réflexe basique de sécurité".

"C'est un jeu incompatible avec la présence de plagistes, étendus à côté. Je ne veux brimer personne. Il était beaucoup plus confortable d'ignorer la chose. Mais la responsabilité des élus est telle qu'il faut agir selon un principe de prudence. C'est l'intérêt général qui prime."

Cheville fracturée. Et de parler en connaissance de cause. Confidence du maire. Une mauvaise partie de pétanque, "dans un camping, étant jeune", et une boule qui retombe sur le pied d'un collègue, "je lui ai fracturé la cheville", assure Gilbert Naudin.

"Ce n'est pas la raison qui m'a poussé à prendre l'arrêté, mais je sais que ça comporte des risques."

De son côté, Michel Castaner n'en démord pas, même s'il a revu ses prétentions à la baisse : "On demande qu'il nous laisse organiser des concours ponctuels. "Réponse de l'édile : "je ne changerai pas d'avis. Il suffit d'une fois par mois. C'est peut-être une fois de trop."

De l'autre côté de la plage. L'histoire ne s'arrête pas là. L'équipage de la Boule Marinière a aussi "frappé à une autre porte". Oh pas trop loin.

À la mairie de Saint-Palais-Sur-Mer. Car la petite crique de Nauzan est à cheval sur les deux commununes. Là, "ils nous ont dit banco, vous pouvez jouer sans problème", raconte Manu.

À raison de deux concours par semaine, pas plus. Tout ce petit monde a donc fait quelques pas, les boules sous le bras. En les accueillant sur le bout de plage palaisien, Jacques Chauvain, l'adjoint au tourisme, en a profité pour "en finir avec les boulistes sauvages".

Lui n'est pas mécontent de l'arrivée de "Prof" et compagnie. En tolérant un sytème organisé, en responsabilisant les gens, on limite certains risques. Et en plus, on fait plaisir."

Article paru dans le journal "Sud-Ouest" du 9 août 2002.

 

HORLOGE CONCOURS 2018

Vendredi 21 septembre

 

CONCOURS
LA BOULE MARINIÈRE

DANS

292 jours

 

MÊLÉE TOURNANTE